×

Identifier une intolérance alimentaire : comment s’y prendre ?

eten zonder klachten

Le terme « intolérance alimentaire » est de plus en plus courant et un nombre accru de personnes semblent souffrir d’intolérance alimentaire. Une intolérance alimentaire est définie comme une série de symptômes causés par les aliments. Elle n’est donc pas très spécifique, ce qui la rend plus difficile à diagnostiquer.

Les intolérances alimentaires sont également courantes, puisque plus de 20 % des habitants des pays occidentaux en souffrent. Il est important de diagnostiquer correctement une intolérance alimentaire afin de ne pas devoir éviter des aliments inutilement. Cela peut provoquer des carences. Par exemple, de nombreuses personnes pensent qu’elles réagissent au gluten et évitent alors tous les produits contenant du gluten, mais une véritable intolérance au gluten diagnostiquée (maladie cœliaque) est très rare.

identifier une intolérance alimentaire

Afin d’éviter de devoir renoncer à des aliments inutilement, il est parfois judicieux de faire diagnostiquer une intolérance alimentaire. Il existe plusieurs méthodes pour le faire :

  • Régime d’élimination-provocation
  • Test respiratoire à l’hydrogène
  • Journal alimentaire
  • Enzymes digestives

Nous allons maintenant passer en revue, une par une, les différentes méthodes de diagnostic d’une intolérance alimentaire :

régime d’élimination et de provocation

Le moyen le plus fiable pour diagnostiquer une intolérance alimentaire est le régime par élimination-provocation,  suivi par un diététicien. Un régime d’élimination est fait pendant  un certain temps, généralement de 3 à 4 semaines.

Si une intolérance au lactose est suspectée, un régime sans lactose ou pauvre en lactose est fait pendant plusieurs semaines. Si, après quelques semaines, les symptômes ont disparu ou fortement diminué, l’intolérance au lactose peut être diagnostiquée. Ensuite on entame la phase de provocation, au cours de laquelle les aliments contenant du lactose sont réintroduits afin de déterminer les quantités que la personne peut encore digérer et d’établir ainsi un régime personnalisé. En effet, on arrive généralement à  digérer tout de même une petite quantité de certains aliments.

Le régime d’élimination-provocation aux FODMAP est également souvent utilisé, notamment lorsque des intolérances multiples sont suspectées, ou lorsque l’on ne sait pas exactement quels aliments sont à l’origine des symptômes.

test respiratoire à l’hydrogène

L’alcootest à l’hydrogène (et l’alcootest au méthane) permet de tester certaines intolérances. Le test respiratoire à l’hydrogène est principalement utilisé pour diagnostiquer l’intolérance au lactose, l’intolérance au fructose, l’intolérance au sorbitol et la CBCG (colonisation bactérienne chronique du grêle).

Lorsqu’un certain type de glucides est mal digéré, il fermente dans le gros intestin. Ce processus de fermentation libère de l’hydrogène. Cet hydrogène produit pendant le processus de fermentation peut également être mesuré dans notre haleine. Lorsque l’on mesure la présence d’hydrogène dans l’haleine, on peut supposer que certains glucides sont mal digérés et que l’on souffre donc d’une intolérance alimentaire. Dans un alcootest à l’hydrogène, une certaine quantité de la substance à tester est administrée avant le test pour voir s’il y a effectivement une réaction.

Chez certaines personnes cependant, le gros intestin ne produit pas d’hydrogène, mais du méthane. Un test respiratoire à l’hydrogène ne donne pas de résultat, même s’il est effectivement question d’une mauvaise digestion et fermentation. Heureusement, les derniers alcootests peuvent également mesurer le méthane, pour obtenir un résultat fiable.

Les tests respiratoires à l’hydrogène et au méthane peuvent donc s’avérer utiles, notamment pour diagnostiquer une malabsorption du lactose et du fructose. En revanche, il se trouve que les personnes « en bonne santé » obtiennent également un résultat élevé au test respiratoire à l’hydrogène pour le sorbitol, si bien qu’il n’est pas très fiable.

journal alimentaire

Un journal alimentaire peut également vous donner un bon aperçu des aliments auxquels vous réagissez. Tenez un journal pendant quelques jours ou semaines dans lequel vous notez ce que vous mangez et quand vous avez des troubles. De cette manière, il est possible d’établir un lien clair entre certains aliments/glucides et vos troubles. Par exemple, si vous voyez se développer un schéma selon lequel chaque fois que vous mangez de l’oignon et de l’ail, vous présentez des symptômes quelques heures plus tard, il est fort possible que vous ayez une intolérance aux fructanes.

Notre test d’intolérance peut également être un excellent outil à cet égard : indiquez les aliments qui vous indisposent régulièrement. Ensuite, vous recevrez un rapport mentionnant les intolérances qui pourraient être en cause.

Attention : soupçonnez-vous que vos symptômes sont liés à une allergie ou provoqués par le gluten (maladie cœliaque), ou bien voulez-vous vous assurer qu’il n’y a pas d’autre problème qu’une intolérance ? Dans ce cas, consultez toujours votre médecin !

enzymes digestives

Vous n’avez pas (encore) diagnostiqué une intolérance, mais vous la soupçonnez fortement ? Et voulez-vous savoir avec certitude si votre soupçon est correct ? Dans ce cas, vous pouvez  faire des essais avec des compléments, notamment ceux contenant des enzymes digestives. Pensez-vous par exemple que vous souffrez d’une intolérance au lactose ? Essayez alors les comprimés de lactase qui contiennent l’enzyme lactase capable de décomposer le lactose. Si vous prenez ces comprimés avant chaque repas contenant du lactose, le lactose sera décomposé correctement. Remarquez-vous une différence ? Vous pouvez alors supposer que vous êtes effectivement intolérant au lactose.

Avez-vous encore des doutes ou souhaitez-vous avoir des conseils personnalisés ? N’hésitez pas à contacter un médecin ou un diététicien. Nos propres diététiciens Intoleran peuvent également vous conseiller sur l’utilisation de compléments en cas d’intolérance alimentaire.

Mention des sources :

Y. Zopf, Dr. Med. Et al. The Differential Diagnosis of Food Intolerance. Dtsch Arztebl Int. 2009 May; 106(21): 359–370. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2695393/

G.I. Skodje et. Al. Fructan, Rather Than Gluten, Induces Symptoms in Patients With Self-Reported Non-Celiac Gluten Sensitivity. Gastroenterology. 2018 Feb;154(3):529-539.e2.  https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/29102613/

M. C. E. Lomer. Review article: the aetiology, diagnosis, mechanisms andclinical evidence for food intolerance. Aliment  Pharmacol  Ther 2015;41:262–275 https://onlinelibrary.wiley.com/doi/epdf/10.1111/apt.13041

C. De Geyter et al. Hydrogen and Methane Breath Test in the Diagnosis of Lactose Intolerance Nutrients. 2021 Sep; 13(9): 3261. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC8472045/

Satya Vati Rana, Aastha Malik. Hydrogen Breath Tests in Gastrointestinal Diseases. Ind J Clin Biochem (Oct-Dec 2014) 29(4):398–405 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4175689/pdf/12291_2014_Article_426.pdf

The product has been added to your cart View cart →